De retour à Marseille, 3 concerts et 12 ateliers plus tard, je m’en vais vous le raconter

-de quoi?

-bah l’Asian Tour 2019! mon 1er de tout les temps :p

Le Cambodge, c’est dans ce coin d’asie du sud-est que nous fumes et c’est là-bas qu’on sent qu’il s’est passé des trucs hardcore… Ancienne colonie française (enfin protectorat je mesure pas trop la différence, en tout cas ça faisait partie de ce qu’on appelait l’ « empire français d’orient », à savoir, l’Indochine…) Imaginez une capitale entièrement vidée, un génocide d’1.5 millions de victimes, ça mérite de se pencher là-dessus…

C’est en mode total novice, touriste « barang » (c’est comme ça qu’on appelle les français là-bas) que je débarque avec mon acolyte et DJ Malatexta/Victor Inox/ (qui lui en est à son 3ème voyage au Cambodge et d’ailleurs c’est grâce à lui tout ça) pour assurer quelques soirées sur le territoire et moult sessions rap avec des minots.

Le 1er temps fort était au Naga House de Kempot, au sud du pays (où on trouve parait-il le meilleur poivre du monde) en mode DJ international / toaster franchies pour le plus grand plaisir (apparemment) d’un public germano-suédo-franco-sino-toulouso-khmer… On s’est bien amusé.

Ensuite on a pris nos quartier au lycée français René Descartes de Phnom Penh (où y’a pas que des français je vous rassure!) pour assurer des ateliers toute la semaine avec 8 classes de primaires, soit plus de 200 gamins… Bertrand à géré l’initiation au Beat-Box et moi je me suis employé à leur faire écrire tous entre 4 et 8 mesures de lyrics chacun, avec la mise en forme et quelques gros mots mais pas trop, juste ce qu’il faut 😉

On a fait un petit Show-Case-découverte de l’album « Aucun Rappeur » sur un bateau. On flottait sur le Mékong, à la tombée de la nuit, par une douce température de 34° c’était féerique…

On a terminé l’aventure par un autre concert, au Cloud, un lieu pas très grand mais bien sympathique et international, qui fait bouger la capitale. Après le show de mon acolyte, le « Dub In Da Mouth », on a fait le nouveau live d’ « Aucun Rappeur Tour » jusqu’aux frontières de la sueur et de l’apoplexie… et on a pu clôturer la soirée en écoutant le mix de Soul Irration qui acheva de nous mettre au top.

J’ai encore plein d’images dans la tête, on s’est régalé, moi je voyage rarement plus loin que les Cévennes alors j’ai pris ma dose de dépaysement! Alors oui, clairement, dans des semaines comme ça, je peux affirmer ici que j’ai gras de chance de faire ce boulot. Je vous ai compilé un petit montage en mode « Vlog » :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *