RWANDA 1994-2014 à Marseille

20 ans après le génocide des Tutsis :
Comprendre une histoire franco-rwandaise
rwanda-20ans-marseille

Programme des événements à Marseille

Co-organisé par l’Equitable Café, Dar Lamifa, l’association Survie, la Ligue
des Droits de l’Homme 13, Jeunesse Arménienne de France, le MRAP,
Transit Librairie et des citoyens touchés par cette histoire.
Contact Presse : Ignace Fabiani – 06 28 35 81 59 – ignacefabiani@yahoo.fr

- Soirée 1 – Samedi 29 mars 2014 à 20h :
Soirée d’Ouverture à l’Equitable Café (54 cours Julien 13006)
Conférence gesticulée « Mille collines, mille coopérants … et moi, et moi,
et moi ? » – Un témoignage d’avant la tourmente
Claire-Emmanuelle a travaillé au Rwanda en 1992-1993,
Antoine a travaillé au Burkina Faso en 2009-2010.
Parlant de leurs expériences d’expatriés coopérants, les deux conférenciers analysent leur rôle, leur
engagement politique, la place de la France en Afrique et la situation du Rwanda quelques mois avant le
génocide de 1994.
Une heure de témoignages, d’explications, de confrontations, d’interpellations, pour un spectacle participatif et
dynamique.

- Soirée 2 – Lundi 7 avril 2014 à 18h30 sur le Square Léon Blum :
Rassemblement symbolique en commémoration du génocide des Tutsis.

- Soirée 3 – Mardi 8 avril 2014 à 20h à l’Equitable Café :
« Parole de « justes » pendant le génocide des Tutsis ».
Présentation rapide de l’histoire du Rwanda de la période précolonial à
1994 par Ignace Fabiani.
Puis projection du documentaire « Au nom du père, de tous, du ciel » de
Marie-Violaine Brincard, suivi d’une discussion.
« Au nom du Père, de tous, du ciel » donne la parole aux « justes » du Rwanda, à ces hommes et femmes qui ont
risqué leur vie, celle de leur famille pour sauver des Tutsi du massacre qui leur était promis… Avec sobriété et
humanité, elle filme cinq familles Hutu qui témoignent de ces actes « héroïques » qui leur ont semblé pourtant
bien ordinaires…

Soirée 4 – Mercredi 9 avril 2014 :
« L’armée Française et le génocide des Tutsis ».

Discussion avec François Graner, auteur du livre « Le sabre et la
machette : Les officiers français et le génocide tutsi », Editions Tribord, 2014.
En deux temps :
- à 17h à Transit Librairie (45 Bd de la Libération 13001)
- à 20h à l’Equitable Café
L’auteur adopte une démarche originale pour comprendre le rôle des officiers français dans le génocide tutsi:
partir de leurs propres déclarations. Il a donc consulté les archives publiques de la Défense, des blogs de
militaires, des interviews, des livres… Les recouper fait émerger des informations inédites et permet aux non spécialistes de se faire leur propre opinion.

Soirée 5 – Mercredi 16 avril 2014 à 19h30 à l’Equitable Café :
« Le Rwanda aujourd’hui ». Projection du documentaire « Mon voisin,
mon tueur » d’Anne Aghion suivi d’une discussion exceptionnelle avec
Vénuste Kayimahe, écrivain rwandais, rescapé du génocide, auteur du
livre « Rwanda, Les coulisses du génocide », Editions Dagorno, 2000
Comment accorder le pardon à ceux qui ont tué vos enfants ? En 1994, au Rwanda, des centaines de milliers
de Hutu sont incités à exterminer la minorité tutsi. De la capitale à la colline la plus retirée du pays, les
« patrouilles » locales hutu, armées de machettes et d’autres outils improvisés, massacrent sans distinction
parents, amis et proches. Sept ans plus tard, en 2001, le gouvernement met en place les Gacaca, des
tribunaux de proximité dans lesquels les Rwandais des collines sont appelés à juger leurs voisins. Dans le
cadre de cette expérience de réconciliation, les génocidaires ayant avoué leurs crimes sont relâchés, tandis
que les survivants traumatisés sont invités à leur pardonner et à vivre à leurs côtés. Filmé sur près de dix ans
sur une même colline, Mon Voisin Mon Tueur retrace l’impact de ces Gacaca sur les survivants et les
bourreaux. A travers les peurs et les colères, les accusations et les dénis, les vérités floues, l’inconsolable
tristesse et l’espoir dans la vie retrouvée, Anne Aghion nous donne à voir le chemin émotionnel vers la
coexistence.

Soirée 6 – Vendredi 18 avril 2014 à 20h à Dar Lamifa (127 rue d’Aubagne 13006):
« Concert pour Mémoire » avec Apkass et Duval MC.
Précédé de la projection du documentaire « Complicité » et d’une
discussion avec André Bigo, sur le thème : « La France, complice de
génocide ? « .
Poète et rappeur congolais, Apkass mêle à des textes riches en images, entre slam et hip-hop, avec une
instrumentation éclectique empreinte de jazz, de la soul des années 70 et de sonorités africaines. Après le
succès critique de son 1er opus « En marchant vers le soleil » (2007) le griot du spoken-word revient nous faire
découvrir son prochain album.
En rappeur sensé et conscient, Duval MC brasse et scande les sujets sensibles, aisément, avec sérieux ou
malice dans une parole aussi essentielle qu’incorruptible. Son nouveau live, le « Forró Fada » est un spectacle,
en duo avec le jongleur verbal Malatesta, mêlant rap, impro, beat-box et recherche musicale interactive.

Soirée 7 – Jeudi 24 avril 2014 à 20h à l’Equitable Café :
« Le rôle de la France pendant l’opération Turquoise ».
Discussion avec Laure de Vulpian, journaliste à France Culture et Thierry
Prungnaud
, ancien membre du GIGN (sous réserve), auteurs du livre
« Silence Turquoise. Rwanda, 1992-1994. Responsabilités de l’Etat français
dans le génocide des Tutsi. », Editions Don Quichotte
En fil rouge du livre de Laure de Vulpian, il y a le témoignage d’un ancien militaire : Thierry Prungnaud, tireur
d’élite du GIGN. Thierry Prungnaud était au Rwanda en 92 pour former la garde présidentielle rwandaise du
président Habyarimana, une garde présidentielle qui sera impliquée plus tard dans les massacres. Le « super
gendarme » était également sur place en juin-juillet 94, dans le cadre de opération baptisée « Turquoise » :
officiellement, une opération humanitaire de la France pour protéger les populations. Mais, en réalité,
« Turquoise » était avant tout une opération militaire pour tenter de venir en aide à un régime aux abois,
explique Laure de Vulpian.

Soirée 8 – Mardi 29 avril 2014 à 19h à Transit Librairie (45 Bd de la Libération
13001) : « Le génocide dans les médias français ».
Discussion avec Raphaël Granvaud, auteur du livre « Que fait l’armée
française en Afrique ? », Editions Agone, 2009
En 1994, le soutien diplomatique, militaire et financier de la France au gouvernement génocidaire, était
manifeste pour l’ensemble des pays de la planète… sauf pour l’opinion publique française, qui n’a saisi ni la
nature de l’événement qui se déroulait, ni les responsabilités de ses représentants politiques. Certains
journalistes français ont pourtant fait leur travail, mais les quelques articles éclairants se sont retrouvés noyés
dans un flot ininterrompu de désinformation, alimenté par l’ignorance et par de véritables campagnes
d’intoxication. Quels en furent les acteurs et les supports ? Quel a été le traitement médiatique en France du
génocide des Tutsi du Rwanda et des complicités françaises ?

No comments yet.

Leave a Reply

Spam Protection by WP-SpamFree