Effet Domino

(Duval Mc / Duval Mc )

Faire les comptes avec les nerfs c’est pas ce que je fais de pire
Normal on m’a vu grandir au pied d’un mur de containers
A fond de fond faut le dire je viens de l’étang de Berre
Là où y’a tellement d’usines que la lune a peur
Où les cigales osent encore faire des putains de concerts
Mais où les cigares ne sont pas la seule cause de cancers
Le Las Vegas de la pétrochimie,
De la métallurgie, vive les allergies !
Et le gaz qu’attend son nouveau terminal
Là où 100 000 personnes des parages nageaient l’été
Dans ce décor de barge ne restait qu’une plage
On ne s’y trempera plus qu’en nostalgie
Ils jouent nos vies au casino mais à la roulette russe
D’un phénomène qu’on nomme « Effet domino »
La petite explosion de quinze sites Seveso
Dont l’écho s’entendra jusqu’à Monaco
Alors les jeunes y font des soufflettes aux désastres
Les problèmes y sont sociaux, atmosphériques et pulmonaires
Ca charbonne sous les mirages de la base d’Istres
Et ça crame du tcherno à la lueur des torchères

A tous ceux qui grandissent à cent mètres des usines et se grillent les neurones
A tout ceux qui s’emboucanent en aquarium de Port de Bouc à Port St-Louis du Rhône
A tous ceux qui vieillissent et revoient leur passé dans ce port autonome
A tous ceux qui grandissent à cent mètres des usines dans la salle des machines de Babylone

Y’a du rouge, du violet au lieu des nuits noires
Et des odeurs dures comme le bec d’un vautour
Des tankers mauves, comme la rouille d’un poignard,
Qu’on mate en tirant des bangs au dessus des bunkers
Et dans la cour de l’école des minots deviennent pâles
Aspirent la ventoline avant de tourner de l’œil
Regardes nos côtes c’est sûr, y’a pas de squale
Mais pour l’asthme mon pote, mon crew est en pôle

Y’a d’la vie aussi bien sûr mais des premières bitures
aux premières filles que tout confus tu « fures »…
Y’a de la dioxine même sur ces purs souvenirs

Suite « Effet Domino »

Et comme si cette zone n’avait pas sa dose
C’est un incinérateur que le préfet impose
Malgré les dizaines de milliers de voix qui s’élèvent
Et l’action directe qui prendra la relève

Refrain

A Marseille « Tri sélectif » est un terme de sport
A grand littoral on sur-embale à mort
Mais la plus grande décharge à ciel ouvert d’Europe
A travers la Crau pue et dégueule encore
Ce sum dans les bronches que l’eau écarlate nettoie
Ces tâches que n’enlève même pas la MDMA
Ce blues d’adolescent ne laissant que des mots blessants
Derrière soi
Enfant de Fos mon origine, mon secteur, ma zone
De l’espace vois où est le trou de la couche d’ozone
J’dédicace ce riddim aux gens des Bouches du Rhône
Pas ceux de Carry le Rouet mais ceux du Port Autonome
Et j’vais clore pour dire à tous les promoteurs
A tous les entrepreneurs, abonnés des ministères
Messieurs sur vos cartes il y’a des hommes
Messieurs les ingénieurs je vous prête ma gomme

(Refrain)

No comments yet.

Leave a Reply

Spam Protection by WP-SpamFree