Quand J’entends le mot France

(Duval Mc / Imhotep)

Quand j’entends le mot « France » j’ai les dents qui grincent
Comme quand ils disent que ma ville est en province
Un « territoire conquis » quand j’y pense
On nous l’a montré en carte toute notre enfance
Quand j’entends le mot « France » j’ hallucine
Elle me fait peur la France avec ses commandos
Normal qu’elle ait toujours le nez dans ses racines
Avec les millions de morts qu’elle a sur le dos
Elle me fait flipper la France avec ses droits de l’homme
Qu’elle respecte autant qu’elle respecte l’atome
Une démocratie qui maintient tant de tyrans
T’appelles ça comment? Quoi, t’étais pas au courant?
La fiction est loin du réel je t’informe
Nous sommes sous un régime de marchands d’armes
Alors cherche pas plus loin si tu veux m’insulter
Appelle-moi: Français

Refrain:
Faut démanteler la France faut qu’on se bouge
Faut pas laisser ce régime de mort à nos minots
Le monde en a assez du bleu blanc rouge
Il faut tourner la page et rincer le pinceau

Quand j’entends le mot « France » j’ai mal à la face
Elle m’horripile la France avec ses famas
Ses Mirages, ses Falcon, ses mines et ses gaz
Ses hypermarchés qu’elle construit sans cesse
Quand j’entends le mot France j’ai mal au ventre
Pour tous ces sans-papiers à qui on pourrit la vie
Faire la queue à la pref flipper quand tu rentres
Et Carrefour paye une misère le coton du Mali
Tu vois pas la frontière? elle est sous le képi
Exploités là-bas, exploités ici
Restauration, bâtiment, contrat OMI
Une rafle à l’occaz pour l’électorat nazi
Et n’allume pas la télé ou là tu vomis
Sevran, Zemmour, Hortefeux Steevy
Comme le discours de Dakar de Sarkozy
Niveau PMU 24 de QI

Refrain

Quand j’entends le mot France je pense à ces gars
Sans but, sans amour, sans ambition
Qui vont passer le concours de la famille poulaga
De CRS ou de soldat dans la légion
Pour moi la France c’est Le Pen et Madelin
C’est Leroy-Merlin, Aussaresses et Pétain
C’est les penseurs en bois du siècle des lumières
Qui nous parlaient de « races inférieures »
Dans les villes de France j’ai la gerbe
Plus de panneaux de pub que de brins d’herbe
Toute une architecture anti-regroupement
Les boulevards haussmanniens les bancs anti-mendiants
Les théâtres nationaux contrôlés par Paris
Les noms d’assassins en guise de noms de rues
L’État donne des milliards à Peugeot et Renault
Mais les transports gratuits c’est pas pour bientôt
Quand j’entends le mot France j’ai la chourma
Pour Saint-Domingue pour le Biafra
Pour le sordide Itsembabwoko du Rwanda
Pour la bande à Chirac de violeurs à Brazza

Refrain

Quand j’entends « France » mes larmes sont pas loin
Je repense au 17 octobre 61
Marianne a tellement de sang sur les mains
Et quand on siffle l’hymne ils en font un foin
J’en peux plus de les entendre dire France
Quand ils parlent de grands philosophes, de culture
Le massacre des Bassa au Cameroun tu penses
Que Molière y poserait sa signature ?
Quand j’entends le mot « France » j’ai mal à l’histoire
A ce mot « Civilisation » dont les pires se parent
Qui « pacifiait » les peuples autochtones
Ils pillent encore des millions de tonnes!
Mais qui est français? au fond personne
On est juste des bonnes femmes on est juste des bonshommes
On veut un brin de soleil et une part d’air pur
Et on parle une langue qui change tous les jours

Remballe tes fusées, tes avions, tes missiles
Notre identité n’est pas nationale
Remballe ta police, tes écoles, tes usines
Notre identité n’est pas nationale
Remballe ton drapeau, ton armée, ta Marianne
Notre identité n’est pas nationale
Remballe tes patrons tes médias tes centrales
Notre identité n’est pas nationale

(Duval Mc / Imhotep)

No comments yet.

Leave a Reply

Spam Protection by WP-SpamFree